Mieux manger : apprendre à lire les étiquettes alimentaires

Mieux manger : apprendre à lire les étiquettes alimentaires

Lire les étiquettes alimentaires aide à mieux gérer son alimentation sur le plan quantitatif et qualitatif. Elles présentent des outils essentiels pour améliorer ses choix alimentaires sans être dupé par les tactiques marketings.

  1. La liste des ingrédients :
  • Plus la liste est longue, plus le produit alimentaire sera transformé. On préfère toujours la liste la plus courte possible.
  • Les ingrédients écrits en gras présentent les allergènes, donc si vous avez certaines allergies alimentaires, vous devez faire attention à ce point, ainsi que la phrase « ce produit est fabriqué dans un atelier qui utilise… »
  • Les quantités sont par ordre décroissant. Lle premier ingrédient indiqué sur la liste est le plus abondant dans le produit. Les quantités sont parfois exprimées en pourcentage.
  • Les E-xxx (3 chiffres) présentent les additifs alimentaires (colorants, conservateurs, exhausteurs de gout, gélifiants, acidifiants, émulsifiants, édulcorants (aspartame par exemple), etc.
  • On trouve aussi les sucres « cachés » : tout ce qui contient les mots « sirop », « malt », « fécule » ou « amidon » et tout ce qui se termine en « ose », « ol » ou « ide » .
  1. Tableau de valeur nutritionnelle :

Toutes les informations sont  exprimées pour 100 g ou 100 ml de produit. On peut trouver également l’équivalent par portion (portion de 2 biscuits ou 1 yaourt par exemple). Le tableau de valeur nutritionnelle contient les éléments suivants :

  • La valeur énergétique : elle est apportée par la consommation de 100 g de produit, exprimée en Kcal (kilocalorie) ou KJ (kilo joules) : 1 Kcal = 4 ,18 KJ.
  • La teneur en lipides/graisses : c’est la quantité de matière grasse présente dans 100g de produit.  A noter : un plat contenant plus de 10 % de lipides est considéré comme gras.
  • La teneur en acides gras saturés : leur consommation en excès favorise les maladies cardiovasculaires et donc il vaut mieux opter pour les produits faibles en acides gras saturés.
  • La teneur en glucides et en sucres ajoutés : ce sont des sources de glucose, qui est la principale source d’énergie.  Sur l’étiquette d’un produit, le mot « glucide » désigne le total des sucres simples et complexes présents naturellement ou ajoutés. La teneur en sucres indiquée comprend des sucres qui se trouvent naturellement dans les aliments comme les fruits et le lait, ainsi que des sucres ajoutés comme du sucre blanc, du miel et des sirops.
  • La teneur en protéines
  • La teneur en sel : faites attention aux quantités de sel « cachées » qui se trouvent même dans les produits au gout sucré. Pour en savoir plus sur ce sujet cliquez ici
  1. Les allégations nutritionnelles :

En France, elles relèvent d’une réglementation stricte. Les allégations informent le consommateur que l’aliment ou la préparation alimentaire possède des propriétés nutritionnelles : « riche en fibres », « faible teneur en graisses », « sans sucre ajouté ». La mention « sans matière grasse » signifie que l’aliment doit contenir moins de 0,5 g de lipides pour 100 g de denrées. Un produit « allégé en sucres » contient au minimum 30 % de sucres en moins qu’un produit similaire, ce qui ne veut pas forcément dire qu’il est peu sucré.

Pas de commentaires pour le moment

Poster un commentaire