Faire la différence entre la faim réelle et la faim émotionnelle

Faire la différence entre la faim réelle et la faim émotionnelle

Avoir besoin ou envie de manger ? Parfois on ne sait pas, car c’est difficile de distinguer la différence lorsqu’on n’interprète pas correctement les signes. Alors à quoi ressemble la faim réelle et comment la différencier de la faim émotionnelle (ou fausse faim) ?

Commençons par définir chacun de ces termes : la faim réelle ou physiologique survient plusieurs heures après le dernier repas, augmente progressivement et peut varier selon ce qu’on a mangé. Elle se caractérise par le besoin de manger suite à une diminution de la glycémie (taux de glucose dans le sang) et la libération des substances chimiques dans notre corps (y compris l’hormone de la faim « la ghréline »).

La faim émotionnelle est considérée comme un comportement alimentaire « de réconfort » qui se définit comme une forte envie de consommation alimentaire en réponse à un ressenti émotionnel plutôt qu’à celui de la faim ou de la satiété (par exemple une sensation de stress ou ennui). Elle est impliquée dans la surconsommation et peut entraîner l’obésité.

Parfois, on peut confondre ces deux sensations. Voici les signes qui aident à les distinguer :

  • La faim physiologique arrive progressivement, alors que la faim émotionnelle se manifeste soudainement, avec une envie urgente et compulsive de manger.
  • La faim réelle se satisfait par n’importe quel type d’aliment, tandis que la faim émotionnelle ne se satisfait qu’avec un aliment bien précis.
  • La faim émotionnelle peut s’atténuer avec une bonne hydratation.
  • La faim émotionnelle engendre une sensation de culpabilité car nous cherchons à combler un vide ou une sensation d’inconfort plutôt que de répondre à nos besoins nutritionnels.

Alors que pouvons-nous faire pour s’en défaire ?

  • Rééquilibrer son alimentation, éviter les repas riches en sucres rapides qui déclenchent rapidement la sensation de la faim et augmenter l’apport en fibres.
  • Se fixer des horaires de repas qui vous conviennent afin d’habituer votre corps à avoir faim à des heures bien précises.
  • Savoir repérer et comprendre nos émotions et les déclencheurs des fausses faims afin de les éviter. Une pratique sportive, une activité artistique, une promenade ou la méditation peuvent aider à mieux gérer ses sensations.
  • Boire suffisamment d’eau, parce que le corps confond parfois la sensation de la faim et de la soif.
  • Planifier ses courses, choisir les aliments sains et éviter l’achat des produits industriels, des biscuits, bonbons, chips, etc.. et privilégier les fruits et les produits pas trop riches en sucre et en matière grasse.

Si ces compulsions persistent malgré vos efforts, il est recommandé de consulter un spécialiste, un psychologue ou un diététicien spécialisé dans les troubles du comportement alimentaire.

 

Pas de commentaires pour le moment

Poster un commentaire