Faire attention à ces pratiques étonnamment malsaines

Faire attention à ces pratiques étonnamment malsaines

Parfois, nous pensons que nous mangeons sainement, mais en regardant bien, ce n’est pas aussi sain que cela.

Dans cet article, nous vous indiquons une liste de 6 mauvaises habitudes à éviter pour maintenir une bonne santé :

  1. Cuire avec l’huile de lin et de colza :

Il est recommandé d’incorporer ces huiles dans notre alimentation étant donné qu’elles possèdent plusieurs effets bénéfiques sur la santé grâce à leur richesse en oméga 3. Mais ces huiles ne sont pas adéquates pour la cuisson car elles ne sont pas stables à la chaleur. En fait, les « acide gras poly-insaturés » que l’on trouve dans ces huiles sont très fragiles, et sous l’effet de la chaleur ils  s’oxydent et deviennent  néfastes pour la santé.

Les huiles riches en acides gras polyinsaturés de type oméga-6 comme l’huile de tournesol et de maïs sont moins fragiles que les oméga-3, mais ne conviennent toujours pas pour la cuisson à température très élevée. Il est de ce fait préférable de les utiliser pour la cuisson à l’intérieur d’un four où la chaleur est  moins importante. De manière générale, il est conseillé de ne pas utiliser de très hautes températures de cuisson afin de préserver les nutriments et la qualité des aliments.

  1. Suivre un régime strictement sans sel :

Certes, une consommation excessive de sel augmente le risque d’hypertension artérielle, de maladies cardiovasculaires et du développement de cancers, notamment le cancer de l’estomac et l’augmentation du risque d’ostéoporose. Cependant un régime strictement sans sel (sel ajouté et sel contenu dans les produits industriels) pourrait avoir également des conséquences sur la santé. Le sodium (1 g de sel contient environ 393 mg de sodium) participe à plusieurs fonctions physiologiques du système musculaire, cardiovasculaire et nerveux.

Un régime restrictif sans sel pourrait altérer le fonctionnement de ces systèmes. De plus, il pourrait conduire à une perte d’appétit voire même un état anorexique surtout chez les personnes âgées. En l’absence de toute pathologie, l’apport journalier moyen recommandé en sel est de 6,5 g par jour. La limite inférieure à ne pas dépasser est de 2 g par jour.

 

  1. Sauter les repas pour perdre du poids :

Sauter les repas dans le but de perdre quelques kilos pourrait avoir des effets inverses. En fait, quand nous sautons un repas, nous perturbons notre horloge biologique, ce qui va dérégler notre comportement alimentaire et limiter la dépense calorique, donc la perte de poids.

De plus, cela pourrait engendrer une sensation de fatigue inhabituelle, qui viendrait impacter notre activité journalière, nous rendant moins actifs et limitant ainsi notre dépense énergétique.

  1. Boire beaucoup de jus de fruit :

Les jus de fruits sont digérés de manière plus rapide par rapport aux fruits entiers. Ils ont un index glycémique (la rapidité à laquelle un aliment élève la glycémie (le taux de glucose dans le sang)) plus élevé que les fruits entiers qui sont plus riches en fibres, nécessaires à la régulation du transit intestinal. De plus, afin de préparer un verre de jus, nous utilisons plusieurs fruits, l’équivalent de plusieurs portions.

Selon des études, le fructose (le sucre des fruits) stimulerait la lipogenèse, c’est-à-dire la formation des graisses et la consommation excessive pourrait être responsable d’une stéatose hépatique, contribuant au développement d’une résistance à l’insuline et éventuellement un diabète de type 2 (Samuel, 2011). Donc Il est conseillé de privilégier les fruits entiers tout en consommant les jus de fruits (pas les jus industriels) avec modération.

  1. Suivre un régime alimentaire strict pour maigrir :

Sans une prise en charge par le médecin et le diététicien, modifier son alimentation brusquement pour perdre du poids représente un risque majeur de carences nutritionnelles.

Cette méthode drastique mène à une diminution du contrôle sur l’alimentation, qui peut s’accompagner de sensations de frustration et par la suite de troubles du comportement alimentaire, ainsi qu’un effet yo-yo : le poids perdu est repris lorsque les anciennes habitudes alimentaires refont surface, traduisant l’inefficacité des nouveaux régimes suivis. Une diète trop restrictive aura des endommagements sur la santé physique : des carences nutritionnelles, perte de la masse musculaire, la fatigue, et psychique : baisse de l’estime de soi, insatisfaction corporelle, sentiment d’échec et de culpabilité.

  1. Ne consommer que les produits « light » :

Les produits allégés : « 0% », « Light », « à teneur réduite en » c’est-à-dire ayant une teneur en nutriment ou une valeur calorique réduite d’au moins 25 % par rapport à un produit de référence. ne sont pas toujours aussi diététiques qu’on le croit pour plusieurs raisons : d’une part ils peuvent être un facteur favorisant la surconsommation, par exemple au lieu de consommer 1 yaourt « normal » on consomme 2 allégés. Souvent, Ils  sont plus chers donc pas d’intérêt sur le plan économique. D’autre part, ces produits contiennent des édulcorants  et des éléments synthétiques qui pourraient avoir des risques à long terme.

Il n’y a pas des preuves scientifiques concrètes qui confirment un effet amaigrissant des produits « light » alors n’hésitez pas aussi à comparer ce genre des produits avec un produit référent.

 

Relecture: Matthieu LECARD

Pas de commentaires pour le moment

Poster un commentaire