Évaluation des ateliers de cuisine

Évaluation des ateliers de cuisine

Avec le centre hospitalier Manhès (Fleury-Mérogis), qui abrite nos ateliers de cuisine, nous avons voulu effectuer une évaluation des ateliers de cuisine qui sont dispensés par le réseau Romdes. Nous tenons à remercier tous les patients qui y ont participé en répondant aux différents questionnaires.

En effet, du 13 au 31 juillet 2017, un auto-questionnaire a été envoyé par internet à 485 d’entre-vous qui ont effectué au moins 1 atelier de cuisine, quelque soit la méthode d’animation (« classique » ou « défi »), à l’hôpital de jour du CH Manhès, de janvier 2016 à juin 2017.

Les ateliers de cuisine classiques sont identiques à ceux couramment réalisés dans de nombreux centres hospitaliers possédant dans leur structure une cuisine réservée aux ateliers diététiques. Il s’agit bien souvent de cours culinaires où, en fonction d’un thème choisi par la diététicienne (entrées, plat de fêtes, plats à bases de poissons, desserts légers, sauces légères…) et/ou d’une technique culinaire à mettre en valeur (emploi des gélatines alimentaires, utilisation d’un mixeur plongeur…), la diététicienne explique aux patients les recettes qu’elle a elle-même sélectionnée puis aide les patients à les réaliser (cf la vidéo en cliquant sur lien).

Les ateliers Défi culinaire (ou Battle) sont des ateliers originaux car ils sont, à notre connaissance, uniques en centre hospitalier. Il propose en effet aux patients d’une manière ludique des défis à atteindre dans un temps limité, avec un objectif à la fois pédagogique et évaluatif. Après description de l’atelier et du thème, et après avoir formé des petits groupes (2 à 4 patients en général), ceux-ci « s’affrontent » en créant des plats avec les quelques aliments mis à disposition. Les condiments et les ingrédients de bases étant toujours disponibles (farines, beurre, sel, moutarde…). Les recettes sont libres et font place à la propre imagination du patient et à ses propres capacités.

 

Nous avons reçu 123 réponses, mais 15 ne nous ont pas paru exploitables (aucun champs rempli sur les notations et/ou aucune participation aux ateliers de cuisine)

Dans ce questionnaire, nous avons voulu faire ressortir vos ressentis  sur 6 items:

  • la motivation à cuisiner: selon la littérature, il est admis que cuisiner est bon pour la santé, contrairement notamment au recours aux plats déjà préparés comme en témoignent différentes études (1)(2).
  • l’équilibre alimentaire: il est admis aujourd’hui que la prise en charge diététique de la surcharge pondérale passe par le suivi des recommandations de l’équilibre alimentaire (PNNS et Plan Obésité) et non dans les « régimes » sources de restrictions alimentaires et de déficiences (3).
  • l’utilisation moindre de plats issus du commerce: ces derniers sont jugés souvent trop sucrés, trop salés et/ou trop gras en comparaison avec les recommandations aujourd’hui en vigueur en terme d’équilibre alimentaire (4).
  • la réalité au quotidien : nous partons du principe que pour qu’un atelier dit d’Education Thérapeutique du Patient soit efficace, il faut que celui-ci se rapproche au maximum au plus près des habitudes de vie du patient, comme le souligne de nombreux écrits sur le sujet (5).
  • la créativité : l’envie de cuisiner est renforcée par l’augmentation votre créativité, qui vous éloigne du sentiment de « corvée » (6).
  • l’estime de soi et/ou le sentiment d’efficacité personnelle : la littérature fait bien la distinction entre les deux mais nous avons préféré les associer pour assurer la compréhension (7).

Résultats:

Cette évaluation interne nous a notamment montré que :

  • les activités cuisine permettent apparemment aux personnes qui ont suivi des ateliers d’augmenter la fréquence à cuisiner, et ce quelque soit l’atelier (figure 1), ce qui d’après la littérature est bon pour la santé,
  • les items « moins de plats du commerce », « équilibre alimentaire » et « motivation » obtiennent de meilleurs scores pour l’atelier « classique » (figures 2 et 3)
  • en revanche, l’atelier « défi » obtient de meilleurs score pour les items « estime de soi / sentiment d’efficacité personnelle », « créativité » et « réalité » (figures 2 et 3). Nous pensons que les scores de créativité et d’estime de soi/SEP sont liés et que le fait que les patients arrivent à réaliser une préparation sans recette entraîne une meilleure perception d’eux-mêmes et de leurs capacités. Si on reprend ce qui est dit dans la littérature, selon Bandura (8), les croyances d’efficacité́personnelle constituent le facteur clé́ de l’action humaine et ces croyances influent sur pratiquement toutes leurs activités.

L’observation de ce dernier résultat nous a paru important, car si le patient, grâce à des consignes telles que « nous n’avons pas de recette »; « vous avez sûrement des idées » et grâce à un retour, bienveillant, de l’ensemble des patients participant à l’atelier et des professionnels, comprend qu’il possède des capacités dont il a su tirer profit pour cuisiner; il prendra alors conscience de ses capacités quelque soit le domaine (cuisine ou autre).

 

Enfin, lorsque l’on vous demande de l’atelier « défi » ou de l’atelier « classique » lequel vous avez préféré, 40 d’entre vous ont préféré le « défi » tandis que 35 préfèrent le « classique ».

Conclusion:

Il y a forcements de nombreux biais dans cette évaluation, mais on peut dire qu’il n’existe pas de réels gagnant entre les deux techniques d’animation, le seul vainqueur étant la cuisine : il faut retrouver ou conserver cette envie de cuisiner qui améliore la santé.

Nous allons toutefois réaliser une étude prochainement pour aller plus loin sur l’animation des ateliers de cuisine. Elle sera plus approfondi et méthodologiquement plus fiable, avec l’aide de différents centres hospitaliers,

Nous vous tiendrons au courant bien entendu!

  1. Van den Horst K et al, « Ready-meal consumption: associations with weight status and cooking skills », Pub Health Nutr, 2010, n°14: 239-245.
  2. Engler-Stringer R, « Food, cooking skills and health », Can J Diet Pract Res, 2010, n°71: 141-145.
  3. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), « Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement » Rapport d’expertise collective, édition scientifique, novembre 2010
  4. AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), Programme national nutrition santé 2011-2015 (PNNS) : www.mangerbouger.fr
  5. Ziegler O, Basdevant A et al « Education thérapeutique et parcours de soins de la personne obèse ». Référentiel et organisation, Rapport à la Direction générale de la santé et à la Direction générale de l’Offre de soins, Obésité, 2014, n°9 : 302-328.
  6. Hebel P. « Le retour du plaisir de cuisiner », Consommation et modes de vie, CRÉDOC 2008, n°21.
  7. Lecomte J. « Les applications du sentiment d’efficacité personnelle », Savoirs, 2004/5 Hors série, p. 59-90.
  8. Bandura A, L’auto-efficacité: le sentiment d’efficacité personnelle. Paris: De Boeck. 2003

 

4 Commentaires
  • VIGNAIS
    Posted at 09:49h, 07 septembre Répondre

    Ravie, mon planning est fait, je sais déjà que je vais participer à quelques battles à venir et quelques séances de cuisine à Manhès entre autre. Voilà de quoi booster mon organisation et raviver le plaisir de cuisiner … c’est la rentrée, on est déjà solliciter tous azimuts donc cela va me remettre sur les rails !
    Merci à toute l’équipe de nous offrir cette possibilité de partager nos expériences, des recettes, et de la convivialité car nos problèmes de santé ne sont pas à dissocier de la relation humaine ! Et cuisiner c’est entretenir sa forme mais aussi partager et se sociabiliser !

  • vignais
    Posted at 14:59h, 30 août Répondre

    oui, vous avez raison la battle est un atelier stimulant, ludique et je l’ai proposé à mes enfants

  • Chantal JAMBERT
    Posted at 11:30h, 23 août Répondre

    Merci pour la synthèse.
    Par contre, les graphiques sont flous et je n’arrive pas à lire les légendes.

    Bonne journée

  • Stellitano marie
    Posted at 10:12h, 23 août Répondre

    merci à vous pour ce résumé et vivement les prochains ateliers… Marie Stel

Poster un commentaire